Créé par l'AFSE en 2015, l'objectif de ce blog est de permettre aux économistes d'avoir des échanges autour des grands thèmes actuels.

 

Flora Bellone - Professeure de Sciences Economiques, Université Côte d’Azur; Chercheur associé à l’OFCE-Sciences Po

Beaucoup de questions sur les conséquences économiques de la crise sanitaire du COVID 19, ainsi que sur les mesures de politiques économiques qui pourraient en limiter le coût humain et social, se posent actuellement. Dans cette tribune, construite sous la forme de questions/réponses, Flora Bellone, Professeure à l'Université Côté d'Azur, apporte des éléments de connaissances de manière simple et non technique. L’objectif est d’aider les citoyens non experts à appréhender les préconisations qui sont aujourd’hui faites par les économistes pour surmonter la crise du COVID 19. Sont également abordés les défis que cette crise inédite soulève pour la recherche en science économique.


François Geerolf - Assistant Professor of Economics, UCLA , Thomas Grjebine - Économiste CEPII

François Geerolf et Thomas Grjebine soulignent qu’une aide financière des pays d'Europe du Nord à ceux du Sud serait à l’avantage des premiers, qui exportent massivement vers les seconds.


Fabien Tripier - Conseiller scientifique au CEPII et professeur d'économie à l'Université d'Evry

Face à l’adage très fréquent en cas de crise – "cette fois c’est différent" –, l’économiste Fabien Tripier analyse, dans une tribune au "Monde", ce que peuvent véritablement nous enseigner deux siècles de récessions.


Fabien Tripier - Conseiller scientifique au CEPII et professeur d'économie à l'Université d'Evry

Le 13 mars 2020, le directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) déclarait que "l’Europe était devenue l’épicentre de l’épidémie" de Covid-19. Cette annonce, forte sur le plan sanitaire, illustrait également un changement de perspective important sur le plan économique. La question n’était plus l’exposition de l’Europe à une crise se déroulant en Chine, mais la gestion en Europe d’une crise la frappant en son cœur. 

Ce billet a été publié sur le blog du CEPII le 23 mars, ainsi que dans The Conversation du 17 mars.


L'épidémie de coronavirus représente un test de résistance économique sévère pour l'Europe ainsi qu'un test de l’unité européenne. Cet article traite de la manière dont la crise pourrait se dérouler et de la réponse de politique économique adaptée. Il plaide en faveur d'un plan d'urgence global dans lequel l'Union assumerait une part significative de l'effort collectif.


Sébastien Jean - Directeur du CEPII

En raison de l’épidémie du coronavirus, l’activité des entreprises chinoises est très fortement perturbée. Et les objectifs de croissance du pays sont déjà revus à la baisse. Mais au-delà de la Chine, premier importateur et exportateur au monde, c’est l’ensemble de l’économie mondiale qui est susceptible d’être affectée, dont la France. Sébastien Jean répond aux questions des internautes sur les conséquences économiques de l’épidémie.


Agnès Benassy-Quere - Professeur d’économie Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Agnès Bénassy-Quéré, professeure à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l'Ecole d'économie de Paris, membre du Cercle des économistes.


Agnès Benassy-Quere - Professeur d’économie Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Agnès Bénassy-Quéré, professeure à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l'Ecole d'économie de Paris, membre du Cercle des économistes


Xavier D’Haultfœuille - Professeur d'économie et économétrie, ENSAE-CREST, Pôle économie

Lauréat du Prix Edmond Malivaud 2019 de l’AFSE, Xavier D’Haultfœuille présente les résultats de ses recherches visant à perfectionner une méthode bien connue d’évaluation des politiques publiques, les « différences de différences », utilisées par exemple dans nombre des travaux d’A. Banerjee et E. Duflo, lauréats du Prix Nobel d’économie avec M. Kremer. L’étude de Xavier D’Haultfœuille et de Clément de Chaisemartin souligne notamment que les outils statistiques habituellement utilisés dans certaines situations, dites "fuzzy", s’appuient sur des hypothèses dont la validité est parfois douteuse en pratique. Les auteurs proposent ainsi de nouveaux estimateurs ne reposant pas sur ces dernières.


Maxime Menuet - Chargé de recherche CERDI, UMR 6583, CNRS, IRD et Université Clermont-Auvergne

Lauréat du Prix de thèse monétaire, financière et bancaire 2019 de la Fondation Banque de France, Maxime Menuet présente les résultats de ses recherches portant sur la multitude de facteurs à l’origine des différentes situations d’endettement public : dirigeants incités par leur mode de désignation à manipuler le niveau de dette, marges de manœuvre budgétaires, ou degré de monétisation de la dette. Il en découle de multiples trajectoires possibles pour l’économie, que ce soit en matière de niveau de dette publique ou de croissance économique.