Blogs

Le capitalisme participatif comme instrument d’une reprise économique durable après la CoViD-19

Professeur à l’Université Grenoble-Alpes et directeur de l’Institut de Recherche pour l'Economie Politique de l'Entreprise, Virgile Chassagnon estime que seul un renforcement de la présence des travailleurs dans la gouvernance des grandes entreprises peut orienter leur stratégie vers des objectifs de bien commun.

Participatory capitalism for a real recovery among post-COVID-19 economies

Virgile CHASSAGNON Full Professor of Economics (Univ. Grenoble Alpes, France); Director of the Research Institute for the Political Economy of the Firm (IREPE)

This column was originally published in French, in a longer format, in the newspaper Le Monde on March 29, 2021.

L’appauvrissement des classes moyennes, un facteur explicatif des crises financières

Par Rémi Bazillier (Professeur, CES-CNRS, Université de Paris 1), Jérôme Héricourt (Professeur, Université de Lille, CNRS, IESEG School of Management, UMR 9221 – LEM) et Samuel Ligonnière (Maître de Conférences, BETA-CNRS, Université de Strasbourg)

Comme l’a rappelé la crise des subprimes, le crédit aux ménages apparaît comme l’élément moteur des crises financières. Dans cette note de blog, Rémi Bazillier, Jérôme Héricourt et Samuel Ligonnière présentent les résultats d’une recherche portant sur 30 pays développés entre 1970 et 2017. Non seulement l’étude démontre le rôle des inégalités de revenu dans la dynamique du crédit aux ménages, mais elle souligne également que la hausse de ce dernier est d’autant plus forte dans le cas d’un appauvrissement relatif des classes moyennes. Aussi, la lutte préventive contre les crises financières passe-t-elle également par des politiques redistributives visant à réduire les inégalités de revenus, et ciblant en particulier les classes moyennes.

Pour la reconquête de l’autonomie… un ouvrage à découvrir ou à redécouvrir !

Ancien Président de l’AFSE, Claude Diebolt présente un compte-rendu consacré au livre édité par Isabelle Gouarné, « Les Sciences sociales face à Vichy - Le colloque « Travail et Techniques » de 1941 ». La Journée de psychologie et d’histoire du travail et des techniques organisée en juin 1941 à Toulouse rassembla certains des plus grands noms des sciences sociales françaises du XXe siècle. Publiés pour la première fois en 1948, les actes de ce colloque ne furent ensuite jamais réédités. L’ouvrage est un acte de résistance, contre Pétain et pour la liberté académique.

Le plan de relance de Joe Biden va-t-il faire surchauffer l’économie américaine ?

Laurent Ferrara, Professeur à la SKEMA Business School et membre du Comité Directeur de l'AFSE, présente son analyse des incertitudes entourant le plan de relance de la nouvelle administration américaine, entre risques de surchauffe difficiles à caractériser et bénéfices attendus pour l'économie mondiale.

« Si nous ne mettons pas en place une solidarité entre victimes et gagnants de la pandémie, nous en paierons le prix collectif »

Dans une tribune au « Monde », Romain Rancière, Professeur d’économie à l’Université de Californie du Sud, et Cyril Benoit, banquier d’investissement, proposent,  que les entreprises dont le chiffre d’affaires a progressé de plus de 5 % par rapport à la moyenne des trois années précédentes s’acquittent d’une contribution exceptionnelle destinée à financer les pertes de profit des PME et indépendants.

Recrutement des Professeurs des universités : comment échapper aux pratiques clientélistes et au mandarinat ?

La loi de programmation de la recherche, récemment adoptée, supprime la qualification nationale pour concourir au statut de Professeur des Universités par le Conseil National des Universités pour les maîtres de conférences. Le recrutement des Professeurs sera donc désormais essentiellement mené au niveau local par chaque université. Après avoir rappelé les enjeux et les risques graves induits par une telle mesure dans une note de blog parue le 19 janvier, Valérie Mignon, Présidente de l'AFSE et de la section 05 du CNU, propose dans un nouveau billet des principes et critères pratiques destinés à éviter de telles dérives. A ce sujet, voir aussi l'autre tribune publiée le 19 janvier dernier, dans laquelle un collectif d'enseignants-chercheurs propose une charte des bonnes pratiques à mettre en place dans ce nouveau contexte.

La théorie de la décision comme modèle pour la construction de politiques rationnelles, en période de crise sanitaire

La prise de décisions des pouvoirs publics durant une pandémie peut s’avérer extrêmement difficile. Lorsqu’il s’agit d’une nouvelle maladie ayant des répercussions mondiales sans précédent, comme c’est le cas de la Covid-19, les décisions sont prises dans un environnement très incertain, complexe et en rapide évolution. Alors tant des vies humaines que l'économie sont en jeu, l'utilisation de règles dérivées de la théorie de la décision pourrait aider les gouvernements à faire face à l'incertitude inhérente aux décisions liées à la pandémie de Covid-19 et à justifier les décisions prises, conduisant ainsi à une élaboration de politiques plus rationnelles et transparentes. Développée par une équipe de recherche pluridisciplinaire internationale, dirigée par Loïc Berger en collaboration avec le prix Nobel d’économie Lars Peter Hansen, cette analyse a fait l’objet d’une publication dans la prestigieuse revue scientifique PNAS.

Pour une charte de bonnes pratiques en matière de recrutement des enseignants-chercheurs en sciences économiques

La loi de programmation de la recherche, récemment adoptée, supprime la qualification pour concourir au statut de Professeur des Universités par le Conseil National des Universités pour les maîtres de conférences. Le recrutement des Professeurs est donc désormais essentiellement mené au niveau local par chaque université. Cette tribune propose une charte des bonnes pratiques à mettre en place dans ce nouveau contexte.

Pages

S'abonner à RSS - blogs