Blogs

On n’a pas encore tout fait contre le chômage de masse

Professeur d’économie associé à l’Université d’Aix-Marseille, ancien président de l’AFSE.

Parmi les pays les plus développés, très peu souffrent d'une situation de chômage massif et durable. Il s'agit essentiellement des quatre pays de l'Europe du Sud (Italie, Espagne, Grèce et Portugal) et... de la France (Cf. Graphique 1). Au début de 2017, le taux de chômage s’élève ainsi à près de 10 % en France et, en moyenne, à environ 6 % dans l’ensemble des pays de l’OCDE. Les crises économiques, et en particulier la crise financière qui s'est amorcée en 2008, ne peuvent donc être invoquées puisqu’elles n’ont pas condamné les autres pays, qui les ont également traversées, à demeurer dans cette situation de chômage massif. Des destructions d’emplois induites par le progrès technique et l’économie numérique n’en portent pas non plus la responsabilité puisque, en France comme dans les autres pays développés, les gains de productivité sont très bas depuis le début des années 2000, à des niveaux rarement sinon jamais connus depuis le second conflit mondial (Cf. Tableau 1). Une insuffisance des dépenses publiques n’est pas non plus en cause : les Etats des nombreux pays au plein emploi ont tous été moins dépensiers que le nôtre. Les raisons d’un tel chômage massif diffèrent selon les pays qui en pâtissent, et je n’évoque ci-dessous que trois d’entre elles, parmi les plus importantes concernant la France, en reprenant des éléments des analyses développées avec Jacques Barthelemy (par exemple dans Barthelemy et Cette, 2015).  

L'état du tissu productif français Absence de reprise ou véritable décrochage ?

L’analyse du tissu productif français mène aux conclusions suivantes :
Le coût du travail. La France a un coût salarial horaire voisin de celui de l'Allemagne. Le problème de la France vient davantage d’un coût du travail nettement plus élevé dans les services marchands, ces derniers étant un intrant important des industries manufacturières. L'Espagne se distingue par son entrée dans une politique de modération salariale.
L'investissement productif. Le volume d’investissement n’est pas en cause. C’est bien la nature de l’investissement réalisé par les entreprises qui est questionnable. L’investissement des entreprises semble notamment trop orienté vers l’immobilier, du fait de prix élevés, et non vers la montée en gamme.
Le positionnement en gamme. La France fait des efforts de R&D significatifs mais plus faibles que les pays les plus innovants, comme l'Allemagne.
La destruction créatrice. Dans l'ensemble, la vision commune qui voit en France un déficit de création d'entreprises est fausse. La France peine pourtant à renouveler en profondeur l’appareil productif du fait d'un processus concurrentiel qui avantage les entreprises déjà en place.

Les liens entre régime politique et lutte contre le VIH/SIDA : le cas du Kenya

Antoine Marsaudon, Hospinnomics (PSE, AP-HP), Paris 1 et Josselin Thuilliez, CNRS, Centre d’Économie de la Sorbonne, FERDI.

Introduction :

Dans son rapport annuel pour l’année 2015, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime le nombre de personnes infectées par le Virus de l'Immunodéficience Humaine (VIH) dans le monde à 36,7 millions, dont 2,1 millions de nouvelles infections et 1 million de décès dans l’année. L’Afrique sub-saharienne est de loin la région du monde la plus touchée par l’épidémie avec 25,6 millions de personnes séropositives. Elle concentre également près de 70% des nouvelles infections [1]. Le Kenya fait état du même constat : avec une séroprévalence estimée à 5,9% de la population en 2015, il est le 6ème pays d’Afrique le plus affecté par l’épidémie.

De la difficulté d’estimer les flux migratoires

Hippolyte d’Albis (Paris School of Economics - CNRS) et Ekrame Boubtane (CERDI, Université d’Auvergne)

En démographie, les équations sont généralement simples. C’est sympathique, attrayant mais cela masque trop souvent des calculs qui le sont rarement. Cette apparente simplicité confère un grand crédit aux démographes mais, malheureusement, réduit parfois l’esprit critique de leurs auditeurs.

La 22ème livraison de Insee Analyses, parue en octobre 2015, propose une « analyse des flux migratoires entre la France et l’étranger entre 2006 et 2013. » Plusieurs résultats concernant, en particulier, la comparaison des soldes migratoires des personnes nées en France et des personnes nées à l’étranger et l’évolution des départs à l’étranger des personnes nées en France ont été abondamment repris dans la presse. Certains commentateurs se sont félicités de ce que ces résultats « bousculaient les idées reçues » tandis que d’autres se sont fendu d’un très élégant « je l’avais bien dit. »  Dans ce qui suit, nous proposons une présentation critique des résultats du Insee Analyses n° 22. Si la décomposition des soldes migratoires en fonction des lieux de naissance des personnes est intéressante, il nous semble que les résultats concernant les flux de départ à l’étranger des personnes nées en France ne sont pas robustes.

La réduction des injustices climatiques : enjeu clé de la COP21 à Paris

Au-delà de la nécessaire efficacité des mesures qui seront retenues lors de la COP21 pour véritablement lutter contre le changement climatique,  chère à mes collègues économistes, il faudrait d’abord garantir un minimum d’acceptabilité de celles-ci par les différentes parties prenantes.

De mon point de vue, une des clés de cette acceptabilité, et donc de la « réussite » de la COP21, est le « traitement » qui sera réservé aux pays dits « vulnérables », et aux pays africains en particulier ; … si les mesures proposées ne vont pas dans le sens d’une réduction des injustices qu’ils subissent en matière de capacité d’adaptation au changement climatique, aucun accord ne pourra être obtenu.

La tonne de carbone a t’elle une valeur ?

La COP 21 qui va se tenir à Paris à la fin de l’année aborde donc une nouvelle fois la question du changement climatique qui pour l’instant n’a toujours pas été réglée. Depuis qu’elle se pose, les émissions de gaz à effet de serre (GES) qui en sont responsables ont augmentées de 60% alors même que les différentes COP avaient leur réduction à leur ordre du jour. La difficulté principale vient du caractère extrêmement diffus de ces émissions. Si par bonheur il y avait un responsable identifiable, il serait sans doute beaucoup plus facile de prendre des mesures, comme par exemple avec le problème de l’ozone, réglé pour l’essentiel par le protocole de Montréal, avec l’interdiction des gaz (CFC) en cause. Mais dans ce cas, les producteurs étaient principalement au nombre de trois (les américains ICI et Du Pont de Nemours et l’européen Atochem) et ils avaient à leur disposition les substituts qui permettaient de continuer comme avant, tout en éliminant l’impact sur l’ozone.

Interactivité en amphi

Agnès Bénassy-Quéré, Professeur d’économie, et Laurent Gensbittel, Ingénieur au Service des Usages Numériques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L’amphi est poussiéreux, le tableau trop petit, la salle surchauffée, les tables trop étroites, les bancs claquent, le micro siffle, la prof respire à peine, dans un nuage de craie. Depuis presque trois heures elle trace au tableau des graphiques incompréhensibles, encadre des formules, tente de les égayer avec une histoire lue le matin même dans le Financial Times. Peine perdue, les étudiants ont décroché dès le premier quart d’heure : un truc qu’ils n’ont pas compris dans les hypothèses ; un « acquis » des années précédentes pas si bien acquis ; une minute d’inattention au mauvais moment.

Les lecteurs bien connectés de ce billet auront vite fait de proposer aux étudiants de sortir de cet amphi d’un autre âge, de s’installer confortablement sur un canapé, diabolo-grenadine à la main, et de visionner à leur rythme un MOOC – un de ces cours en ligne disponibles à la demande. Pourquoi affronter le froid, la pluie, les transports bondés, pour se retrouver perdu au fond d’un vieil amphi, devant une prof sûre de son fait, sur une autre planète ?

Note de synthèse sur la campagne 2015 de recrutement des Pr en section 05

L’année 2015 a été marquée par une modification majeure dans les modalités de recrutement des Professeurs. En effet, dans les disciplines juridiques, politiques, économiques et de gestion (section 1 à 6 du CNU), les MCF peuvent désormais être recrutés au titre d’un concours d’établissement prévu à l’article 46.1 du décret n°84-431 du 6 juin 1984 (cf. décret n°2014-997 du  2 septembre 2014). Cette voie de recrutement complète ainsi celles déjà existantes et prévues aux articles 46.3 (voie dite « longue » ou « normale ») et 46.4 (professionnels et directeurs de recherche sous certaines conditions,  professeurs étrangers ou ayant exercé un certain nombre d’années à l’étranger, MCF IUF…) du décret précité.

L’objet de cette courte note n’est pas de discuter le bien fondé de ce nouvel article 46.1, mais plutôt d’effectuer un premier bilan des types de recrutement effectués par les Universités à l’issue du changement de décret. 

Pages

S'abonner à RSS - blogs