décembre 2017

Les métamorphoses de la concurrence internationale

Professeure de Sciences Economiques, Université Côte d’Azur, GREDEG et OFCE Sciences Po, mardi 7 novembre 2017

La mondialisation a pris un tournant inédit depuis les années 1990 du fait de l’intensification massive du phénomène de fragmentation internationale des processus de production. Cette dernière pourrait remettre en cause l’idée-même que l’ouverture internationale induit systématiquement un gain net pour tous les pays. L’expérience de divers pays émergents au 19ème et au 20ème siècle souligne que, lorsque la mondialisation est nourrie par une baisse fortement asymétrique des coûts de transport des marchandises et des coûts de transferts d’information et des connaissances, il peut survenir conjointement une dynamique globale de divergence et des trajectoires isolées de miracle économique. La mondialisation à l’œuvre depuis les années 1990 s’appuie essentiellement sur la réduction des coûts de transfert du savoir-faire et des connaissances, et induit de ce fait une re-dispersion des activités industrielles vers les pays à bas salaires. Se pose alors pour les pays développés, qui voient la rente d’agglomération dont ils bénéficiant jusqu’alors s’éroder inexorablement, la délicate question des politiques publiques adéquates.

La stagnation séculaire : ce qui fait débat

Professeur de Sciences Economiques, Aix-Marseille School of Economics et Chercheur associé, CEPII.

Les controverses actuelles sur la stagnation séculaire s’inscrivent dans la continuité de débats anciens au sein de l’analyse économique, traversée depuis longtemps par la crainte d’un épuisement de la croissance. Si les pays industrialisés semblent bien s’installer dans un régime de croissance et d’inflation faibles, les rôles respectifs des facteurs d’offre et de demande, ainsi que du cycle financier, dans cette situation sont aujourd’hui largement débattus. Parmi les choix envisageables de politique économique destinés à y remédier, la politique budgétaire a probablement davantage de marges de manœuvre que la politique monétaire, aux prises avec le plancher des taux d’intérêt à zéro. Cette note souligne également que l’augmentation des inégalités alimente probablement la dynamique de la stagnation séculaire, et devrait donc faire l’objet à la fois d’un traitement adéquat par les politiques publiques et d’analyses académiques plus approfondies.

Les inégalités sur le marché du travail se créent dès la sortie de l’université

Professeure assistante à la Erasmus University de Rotterdam & Chercheuse associée à Sciences-Po Paris (LIEPP & PRESAGE)

Alors que les inégalités entre hommes et femmes sur le marché du travail sont souvent expliquées par les contraintes familiales (inégale répartition des tâches domestiques, maternité(s)…), cette note souligne, à l’aide de données récentes issues du Ministère de l’enseignement supérieur, que les inégalités professionnelles commencent en réalité dès la sortie de l’université. Cela s’explique tout d’abord à l’université-même, où les femmes sont moins présentes dans les filières scientifiques et plus généralement, dans les filières les plus rémunératrices. A l’arrivée sur le marché du travail, ensuite, les femmes obtiennent moins souvent tant des emplois stables que des fonctions d’encadrement. Se pose alors la question du rôle des établissements d’enseignement supérieur afin de réduire les inégalités à l’entrée sur le marché du travail.